Déodorant homemade et sain.

Bonjour !

Alors aujourd’hui, du pratique, économique, écologique, hygiénique et sain pour nos merveilleuses aisselles.

Pourquoi  fabriquer son déodorant ?

Parce que les cosmétiques de la grande distribution sont composés de tout un tas de dérivés pétrochimiques, d’aluminium, de parabens etc. Si vous êtes intéressés par les explications détaillées des méfaits de ces produits, je vous invite à aller sur le Blog d’Antigone XXI.

Personnellement, je pars maintenant du principe que si je m’aime, je prends soin de moi. Utiliser des produits sains est primordial, particulièrement quand on connait l’ampleur des polluants, perturbateurs endocriniens que nous croisons chaque jour. Autant ne pas en rajouter.

Donc par amour pour vos aisselles et pour vous, n’hésitez plus !

Après plus d’un mois d’utilisation pour 5mn de préparation (oui même très pressée on peut s’en faire), je suis très satisfaite de mon nouveau déo. Aucune mauvaise odeur ou aisselle déclarée zone de catastrophe naturelle. Je ne retrouve pas le côté crémeux du déodorant de grande surface mais l’application est facile, il se conserve très bien, ne change pas de couleur ou de texture.

Première étape, avoir tous les ingrédients (recette d’Antigone XXI, lien plus haut) :

  • 40g de fécule de maïs ou arrow-root (elle absorbe)
  • 100g d’huile de coco (elle hydrate et donne aspect crémeux)
  • 60g de bicarbonate de sodium (il assainit)
  • 1 CS d’huile d’amande douce (elle hydrate)
  • 10 goutes d’huile essentielle ou plus (juste lavande pour moi)

DSC_0033

 Il suffit de chauffer l’huile de coco, dans une petite casserole sinon la sortir 15mn sur un radiateur ou au soleil. J’y ai incorporé une cuillère à soupe d’huile d’amande douce qui n’apparait pas dans la recette d’origine.

Verser le mélange liquéfié dans une récipient (petit pot de confiture pour moi) puis ajouter le bicarbonate et la fécule doucement, tout en remuant.

DSC_0041

Une fois le mélange lisse et liquide, on ajoute les huiles essentielles. Beaucoup de blogs proposent de mettre de l’huile essentielle de palmarosa ou de tea tree (pour ses propriétés antifongiques notamment). Je n’en avais pas et l’objectif était de faire avec ce qu’il y avait dans les placards. J’ai donc opté pour la lavande. Parfois mes aisselles sentent l’armoire de nos grand-mères mais je m’y fais ! Je chercherai une odeur plus tonique pour le prochain pot.

Il suffit de fermer votre pot et de le mettre au réfrigérateur environ 6h pour pouvoir vous en servir. Surtout penser à remettre le pot au frais après chaque utilisation que la consistance reste solide.

DSC_0043

Ayant parfaitement le sens de la mesure, vous pouvez constater que mon pot est juste dix fois trop grand. Gros avantage tout de même, mes doigts de travailleuses passent à l’aise ! Pour celles et ceux qui ne souhaiteraient pas appliquer le déodorant avec les doigts, il existe visiblement des contenants type « sticks » que vous pouvez placer également au frigo.

Les huiles essentielles, les bases pour fabriquer ses cosmétiques à la maison et les contenants adaptés se trouvent un peu partout sur le net ou en magasin bio. N’hésitez pas à aller voir.

DSC_0042

Mon pot est presque terminé, je pense en refaire cette semaine avec des huiles citronnées.

Pour quelques minutes de préparation, j’ai eu un déodorant sain qui aura duré 5 semaines. Je suis ravie de pouvoir le rayer de ma liste des produits à acheter. Moins de pétrochimie, moins d’emballage, moins de sous dépensés, que du plus pour nous.

J’ai lu, à plusieurs reprises, que certaines praticiennes chevronnées des cosmétiques home-made ajoutaient de la cire pour mouler leur déodorant. Cela donne un déo solide qui se conserve également au frais mais il s’applique directement sur l’aisselle sans passer par la case tartinage du bout des doigts. Je tenterai l’expérience prochainement.

Lancez-vous, c’est simple et tellement bénéfique.

A bientôt.

Publicités

Cette année, je m’exprime.

Bonjour à toi qui passes par ici.
Avoir un blog et ne pas s’en servir est une compétence totalement maîtrisée pour moi. Diplômée haut la main avec mention spéciale du jury.
Je vais dorénavant tenter l’option : avoir un blog et l’utiliser.
Je me suis posée beaucoup de questions sur la non-utilisation de ce blog. J’avais eu si souvent envie de partager avec d’autres, j’adore écrire, je suis une vraie mordue de la blogosphère et ses diversités, ses richesses, les rencontres improbables désormais possibles grâce à Internet. Je voulais en faire partie ou, à défaut, tenter l’expérience.
Alors bilan, j’ai tenté, mais mal. Mal pour moi. Je me suis lancée dans ce blog sans savoir ce qui me correspondait, ce que je voulais partager, ce que je voulais écrire.
Je me suis restreinte à vouloir partager mes expériences d’apprentie couturière. Ceux qui me connaissent savent que j’affectionne la couture et je cours après le temps pour m’adonner à ce plaisir. Le hic c’est que je ne suis pas que ça (fort heureusement). J’aime cuisiner, j’aime la pédagogie (bah oui c’est mon truc les méthodes alternatives et tout), j’aime la dimension éducative peu importe le domaine, j’aime l’environnement, j’adore les animaux mais surtout j’ai en horreur la cruauté qu’ils peuvent subir peu importe le motif, j’aime la sociologie, la psychologie, l’Histoire, j’adore la musique, la littérature. Je me régale à découvrir et à décortiquer ce que je ne connais pas. J’aime expérimenter de grandes et petites choses.
Je suis de ceux qui sont extrêmement curieux, qui aiment apprendre.

Au delà d’apprendre, j’aime partager. Que ce soit des expériences, des choix de vie, des engagements, des découvertes. Je suis intimement convaincue que l’échange et la mise en mots permettent de donner du sens, de donner du relief. Cela permet aussi de prendre du recul. Et si en écrivant et en partageant qui je suis je sème des graines, ou suscite une réflexion, je serai ravie.
Chemin faisant, j’ai pris la décision de supprimer tous les articles publiés sur ce blog. Long et pénible moment avec 5 longs articles en 2 ans ! Je continue de coudre et il y aura des articles en lien avec la couture mais là, je reprends tout à zéro.
J’ai lu pas mal d’articles et de bouquins, sur, ce que je traduis par l’épanouissement « bloguesque ». Ce mot ne doit pas exister. Avoir une interface qui nous plaise, faire de jolies photos, publier régulièrement. Ces propos me parlaient et me semblaient cohérents mais la grande question que je ne m’étais jamais posée c’est « quoi publier ? ». J’étais partie du postulat « tu couds, c’est cool, montre ce que tu fais ». Résultat des courses un blog mort né, le sentiment de mal faire, parce que je ne suis pas que couture et tissus. Je suis un tout qui veut si souvent s’exprimer sans pour autant trouver (voire sans chercher)  un autre espace de paroles que la sphère famille et amis.

J’ai compris ma frustration de ne pas avoir d’endroit où m’exprimer et de ne rien avoir mis en œuvre pour avoir cet endroit. C’est chose faite, j’ai mon endroit. J’ai compris que me limiter à une activité ce n’était pas moi, donc, je ne vais pas me limiter dans les sujets abordés. Autant vous prévenir que ce blog est susceptible de partir dans tous les sens, sur des sujets très divers. Vous sentirez probablement parfois ma joie, parfois mon agacement qui ne sont que les manifestations de mon engagement quand je parle.

Si vous aussi, vous avez envie d’écrire, lancez-vous en prenant le temps d’être attentifs à qui vous êtes et pas à ce qui se fait, à la tendance etc.

Un jour, Navo, de son vrai nom Bruno Muschio (l’autre mec de Bref. mais pas que) a dit dans une interview et dans un #marchéparlé (je ferai un article sur ce chouette concept) quelque chose qui sonnait comme : « si tu veux écrire, il te faut une feuille, un stylo. C’est toi qui choisis d’être écrivain ». Ce ne sont pas ses mots mais c’est la compréhension que j’en ai eu. Il avait totalement raison. J’ai envie d’écrire et de partager, j’ai un PC et Internet, je me connais aujourd’hui assez pour repartir dans une direction qui me ressemble.

Un livre qui m’a aidée : Blog it yourself ! de Do it Yvette. Leur site est déjà une mine d’or, n’hésitez pas à aller voir. Ce livre est très complet quant à la prise en main d’un blog, sur ce qu’il faut savoir avant de démarrer. Il aide à appréhender, de façon claire, le site WordPress (entre autres) sur lequel je publie. Beaucoup de blogs y sont mis à l’honneur tant pour leur contenu que pour leur graphisme. C’est une belle découverte pour le versant utile et pratique mais aussi pour les chouettes blogs présentés. Merci Do it Yvette pour votre travail.

 

couv

 

Je suis très très loin de maîtriser. Je vais apprendre en faisant. C’est la méthode qui me convient.

Bienvenue chez moi à ceux qui s’y arrêtent. A très vite.